mercredi 23 septembre 2020

La Rivière à L'envers



1. L'auteur : Jean Claude Mourlevat

2. Résumé de l'œuvre
Tomek est un jeune épicier orphelin de 13 ans. Un jour, il reçoit dans sa boutique la visite d'une jeune fille, Hannah, qui lui achète un sucre d'orge pour un sou. Lorsqu'elle lui demande ce qu'il vend dans sa boutique, il lui répond qu'il a tout ce dont on peut avoir besoin. Elle teste alors la mémoire de Tomek en lui soumettant des demandes incongrues, saura-t-il retrouver tel flacon de parfum ou tel objet rare dans un de ses petits tiroirs ? Finalement, elle lui demande s'il a de l'eau de la Rivière Qjar. Tomek est bien obligé d'avouer qu'il n'a pas cette eau en stock et qu'il n'en connait même pas l'existence.
Déçue, Hannah repart sur les routes. Il lui faut absolument trouver cette eau qui provient d'une Rivière toute particulière puisqu'elle coule à l'Envers, c'est à dire de l'embouchure vers la source, en remontant le cours naturel du paysage. L'eau de cette rivière a la réputation de donner la vie éternelle à celui qui la boit. Hannah voudrait juste récupérer une goutte d'eau pour soigner sa passerine, une jolie oiselle qui lui a été offert par son père quelques années plus tôt. Cette passerine est tout ce qui la rattache à son père, mort quelques années plus tôt. 
Le lendemain, Tomek, troublé par Hannah et par l'histoire de cette eau, décide à son tour de prendre la route.
Commence alors une aventure pleine de fantaisie et de féérie pendant laquelle Tomek et Hannah rencontreront de nombreuses personnes qui vont les aider à grandir.

3. Avis personnel
Le premier tome aborde l'histoire du point de vue de Tomek et le second tome adopte le point de vue de Hannah.
Les aventures se succèdent à grande vitesse, on peut regretter parfois que l'auteur ne s'attarde pas sur une expérience ou une autre. 
Le style et le rythme est le même que celui de l'Enfant Océan. 
J'ai bien aimé.

mardi 25 août 2020

L'Oeuvre de Dieu, la part du diable

1. L'auteur :
John Irving

2. Résumé de l'oeuvre 
Homer Wells est né dans un orphelinat du Maine, au début des années 19xx. Wilbur Larch y exerce en tant que médecin accoucheur et avorteur bien que cela soit illégal. Des femmes de toutes origines, de toutes conditions et de tout âge, viennent le voir soit pour accoucher de futurs orphelins, soit pour avorter si c'est encore possible. Ensuite, il se charge de trouver pour chaque orphelin, une famille.
Élevé dans ce contexte, entouré d'enfants, du Dr Larch et des Nurses bienveillantes Edna et Angela, Homer rêve, comme tous ses condisciples, d'être enfin adopté. 
Malheureusement pour Homer, aucune des adoptions dont il a fait l'objet n'a pu réussir et il revient toujours à Saint Cloud's. Finalement, le Docteur Larch décide d'accepter que Homer reste et d'en faire son assistant.
Le jeune Homer découvre alors progressivement ce qui relève de l'Œuvre de Dieu et ce que représente la part du diable, opération qui finit par le rebuter.
Un jour, alors que Homer est devenu un jeune adulte toujours en formation à Saint Cloud's, ils reçoivent la visite remarquée de Wally et Candy, un jeune couple riche venu pour avorter la jeune fille tombée enceinte par accident, trop tôt pour se marier.
Après l'intervention, Homer partira avec eux, dans leur belle voiture, sous le regard médusé et envieux des autres enfants de Saint Cloud's.

3. Avis personnel
Ce roman est extrêmement bien écrit. Les personnages sont attachants et sont bien ancrés dans leur réalité. Le sujet est délicat, l'avortement est ainsi décrit de façon détaillée ce qui pourrait être choquant pour certains lecteurs.
Candy est un personnage agaçant, complexe, qui a si peur de l'engagement qu'elle en arrive à aliéner ses 2 prétendants/amants, Wally et Homer. 
Les histoires des personnages secondaires sont aussi denses et non survolées comme souvent, ce qui en fait un roman épais mais très prenant.
Aucun des personnages n'est tout blanc ou tout noir, chacun a une complexité psychologique.

samedi 6 juin 2020

Le Messager

1. L'auteur : Markus Zusak

2. Résumé de l'oeuvre
Ed Kennedy est un jeune homme de 19 ans qui n'a jamais fait la fierté de sa mère à la différence de ses frère et sœurs partis vivre dans une plus grande ville. Son père est mort un an auparavant, l'alcoolisme ayant eu raison de sa santé. Il le regrette beaucoup, l'ayant toujours trouvé gentil et doux, à la différence de sa mère, violente et vulgaire avec lui.
Ed est taxi et habite seul avec son vieux chien dans une pauvre baraque. Avec ses trois amis, il a l'habitude de jouer aux cartes le soir. 
Un jour, il assiste avec eux à un hold up à la banque. Le délinquant n'est pas très efficace ni à l'aise, il n'est pas manifestement pas un professionnel. Le hasard et la chance font que Ed est amené à faire un acte de bravoure. Il permet à la police d'arrêter le braqueur. 
Quelques jours plus tard, il reçoit dans sa boite aux lettres une carte à jouer. Un as de carreau sur lequel sont inscrites trois adresses situées dans sa ville. Joueur de nature, la curiosité le pousse à se rendre à ces adresses.
Ed se voit ainsi propulsé dans le rôle de héros, de sauveur des personnes vers lesquelles on le dirige à travers cette carte et les suivantes. 

3. Avis personnel
J'ai adoré la voleuse de livres mais ce petit roman d'apprentissage est aussi très bien fait. On se prend à vouloir, comme Ed, savoir ce qu'il y aura dans la carte suivante. Il va découvrir un sens à sa vie. Il va apprendre à aller de l'avant, à mieux comprendre sa mère. 

vendredi 1 mai 2020

L’appel de la forêt

1. L'auteur : Jack London

2. Résumé de l'oeuvre 
Buck est un jeune chien fougueux, très grand et très fort. Il coule des jours heureux chez son maître, veille sur sa maison et domine les autres chiens du foyer.
Malheureusement, un jour, il est enlevé et revendu pour devenir chien de traîneau.
La vie devient alors difficile pour Buck, chargé d’amener le courrier dans le Yukon en Alaska. Son nouveau maître est dur. La vie est difficile pour ces chiens qui subissent la violence physique en plus de la violence des éléments.
Au sein même de sa meute, les dissensions sont nombreuses, notamment avec Spitz, un husky qui voit en lui un concurrent. En effet, après une difficile période d’apprentissage, Buck en vient à aimer son travail et naturellement, il brigue le poste de leader de la meute. Au fur et à mesure qu’il progresse dans son apprentissage, il impose le respect tant envers ses camarades canins que de ses maîtres humains. Mais bien qu’étant un chien civilisé, adapté à la vie avec les hommes, il est de plus en plus attiré par la vie sauvage que lui montre un loup avec lequel il se lie.

 3. Avis personnel
J’ai beaucoup aimé cette relecture de l’appel de la forêt. Malheureusement, quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai appris que ma version, une traduction du début du XXeme siècle, à été édulcorée. Apparemment la traductrice n’a pas jugé bon de retranscrire les réflexions philosophiques de Jack London. En effet, Buck, au début du livre est le chien d’un homme riche. Il est déjà un esclave même s’il est heureux. Et puis ensuite, il est vendu, telle une marchandise, à un maître mauvais qui le bat pour le soumettre et casser son caractère revêche. Ainsi il devient bon au labeur, il connaît le froid, la faim, la violence avant de rencontrer de nouveau un homme suffisamment bon pour le sortir de sa condition. Mais il est toujours esclave. Son nouveau maître l’expose parfois comme un chien de cirque, lui demande de faire des choses dangereuses juste pour frimer devant d’autres hommes.
Buck est donc attiré par la nature et se rapproche du loup pour trouver une certaine liberté. 
Jack London dénonce ainsi l’esclavage. Ce n’est pas un livre pour enfant à mon avis, même s’il est bien souvent au programme de sixième. 
Il faut que je trouve la nouvelle traduction de ce texte pour avoir un avis plus exact de cette œuvre.
En tout cas j’ai vraiment aimé cette lecture à deux niveaux de compréhension et bien sur la plume de cet auteur.

lundi 20 avril 2020

Demain les Chats

1. L'auteur :
Bernard Werber 

2. Résumé de l'oeuvre 
A Paris, dans le quartier de Montmartre, Bastet est une jeune chatte qui vit avec sa Maîtresse. Lors d'une de ses sorties exploratoires, elle fait la connaissance de Pythagore, un chat d'âge mûr, équipé d'une prise USB sur le crâne et qui parait connaitre tout sur tout. Fascinée, Bastet le convainc de faire son éducation. Pythagore va alors lui raconter la véritable histoire des chats et des hommes.
Un jour, la maîtresse de Bastet adopte un autre chat, un mâle, qui lui saute littéralement dessus et la viole.
Quelques temps plus tard, elle se rend compte qu'elle est enceinte. Très attachée à ses bébés, elle est traumatisée lorsque sa maîtresse et son ami lui retirent froidement tous ses petits sauf un.
Parallèlement, Paris est en pleine révolte, Bastet ne comprend rien au terrorisme et se tourne vers Pythagore pour comprendre et agir contre ce monde qui ne lui convient pas.

3. Avis personnel
Divertissant. En toute conscience, Bernard Werber nous raconte une histoire du point de vue des chats, anthropomorphisés à l'extrême. Si le chat prenait le pouvoir, deviendrait-il comme nous ? Ici, le chat s'humanise tout au long du livre, il ne souhaite plus laisser sa place à l'homme et se révolte.
A voir dans le second tome, comment la situation évolue.  

dimanche 5 avril 2020

1Q84 - Tome 2

1. L'auteur : Haruki Murakami

2. Résumé de l'oeuvre
Aomamé a été chargée d’éliminer le chef de la secte Les Précurseurs. Elle sait que c’est probablement sa dernière mission. Celle-ci sera forcément très dangereuse et impliquera que la jeune femme change de vie, d’identité et d’apparence. Aomamé est prête à ce sacrifice et laisse tout derrière elle.
Tengo, pendant ce temps, continue sa vie rythmée par les cours qu’il donne à l’université et l’écriture de son roman. La disparition de Fukaeri la jeune autrice de 17 ans à l’origine du roman à succès La Chrysalide de l’air, ne semble pas l’inquiéter. Toutefois le quotidien du jeune homme fini par être perturbé, entre l’appel du mari de sa maîtresse qui lui dit qu’il ne l’a reverra plus car elle s’est « perdue », le retour de Fukaéri qui cherche refuge chez lui, la disparition de son éditeur... il fini par comprendre qu’il a, à son tour, basculé dans l’année 1Q84 qui correspond au monde décrit par Fukaeri et lui-même dans La Chrysalide de l’air.
Tengo et Aomamé se remémorent, chacun de leur côté, qu’ils se sont connus lorsqu’ils étaient enfants. Maladroitement, ils cherchent à se retrouver mais ne savent pas comment.
Fukaéri se cache, elle craint la colère des Little People dont elle a révélé l’existence en écrivain La Chrysalide de l’air. Elle semble particulièrement faire confiance à Tengo.

3. Avis personnel
Toujours très bien écrit. Ce tome explique beaucoup de choses mais posent encore beaucoup de questions. Certaines partie sont choquantes ou dérangeantes.

Voir aussi mon article sur Le Livre 1.

mardi 24 décembre 2019

John et Maus

1. L'auteur : Michael Esser

2. Résumé de l'oeuvre
John est un petit garçon en vacances. A l’école, ses camarades se moquent de lui parce qu’il est petit. Alors , il décide de creuser un trou dans son jardin, de s’y installer et d’arroser ses pieds pour grandir.
Maus, une souris, le rejoint. Ils commencent à discuter tout en observant la faune et la flore alentour.
Qu’elle est notre place dans l’univers ? D’où vient-on ? Où allons-nous ? Est-on soumis à la destinée ou au libre arbitre ? Qu’est-ce que l’instinct, l’adaptabilité ? Maus semble pouvoir aborder tous les sujets qui permettront à John de grandir et de trouver une place dans le monde.

3. Avis personnel
Ce compte philosophique aborde de nombreux sujets de réflexion, illustrés par la vie des animaux que les deux compagnons observent . On y apprend aussi que la sagesse n’est pas forcément l’apanage de l’âge (Maus n’est pas plus âgée que John). En un été de vacances, le petit garçon va apprendre beaucoup sur le monde qui l’entoure.
Ce livre audio est indiqué pour des enfants à partir de 9 ans. Toutefois, je trouve qu’il n’est compréhensible qu’à partir du collège minimum. Bien que le récit mette en scène des animaux et un petit garçon, les thèmes abordés sont complexes et doivent, j’espère, engendrer une réflexion. Personnellement, je l’ai écouté 2 fois car à la première écoute, je perdais le fil lors des intermèdes musicaux. Mais à la seconde écoute, ces intermèdes m’ont servi de pause pour réfléchir au sujet philosophique abordé. Et je suis sûre qu’à la troisième écoute, j’apprécierai ce livre à sa juste valeur.
Je vais me noter de me procurer la seconde partie du récit quand elle sera disponible.